Calcul Puissance Pompe A Chaleur

Dimensionner une pompe à chaleur en rénovation

Dimensionner une PAC se fait en 3 étapes
    • 1- Calcul des pertes thermiques
    • 2- Quelle température du départ d’eau retenir ?
    • 3- Quelle puissance à retenir

1-Calcul des pertes thermiques

Le dimensionnement d’une PAC commence par un calcul des pertes thermiques.
Ce calcul doit être fait avec soin pour éviter :
  • Un le sous-dimensionnement, en quel cas le chauffage d’appoint serait sollicité exagérément, et la facture d’électricité s’en ressentirait
  • Un surdimensionnement, qui se traduirait par des cycles courts, et par conséquent une usure plus rapide du compresseur.
Le calcul des pertes thermiques est régi par la norme 12-831. Le logiciel Thermic de DESA facilite grandement la mise en œuvre de cette norme du fait qu’il est graphique : Thermic, en savoir plus… La norme prévoit un mode de calcul différent selon que l’on s’intéresse à la puissance de la PAC seule, ou au changement des éléments chauffants.
    • Pour la PAC seule, ,le calcul des déperditions thermiques au niveau de l’enveloppe extérieure du bâtiment suffit
    • Si le changement des éléments chauffants est envisagé, le calcul pièce par pièce est nécessaire.

2-Pompe à chaleur, basse, moyenne ou haute température ?

La détermination de la température du départ d’eau est essentielle car le rendement d’une PAC est meilleur quand la température du départ d’eau est plus basse.
Mais en rénovation, si on doit reprendre des émetteurs de chaleur existants, on n’a pas beaucoup le choix, la température du départ d’eau se trouve imposée.
    • La température de départ d’eau la plus basse est obtenue avec le plancher chauffant car il offre une grande surface d’échange. Une température de départ de 45 °C maximum convient.
    • Inversement, avec les vieux radiateurs en fonte avec une conduction de la chaleur pas très bonne, un départ d’eau de 65 °C s’avèrera nécessaire, avec en plus, un système hybride. Dans ce cas, les PAC ne sont pas à leur avantage.
    • Entre les deux, une température de départ de 45 à 65 °C pour les radiateurs en acier doit convenir.
Dans tous les cas, il faut consulter le fabricant avec la préparation des calculs ci-dessus. Cela lui permettra de proposer une solution plus pertinente.
 

3-Quelle puissance à retenir pour la PAC et l’appoint ?

La norme NF DTU 65.16 sur la conception et l’installation des pompes à chaleur détermine le choix de la puissance calorifique d’une pompe à chaleur et de l’appoint

a) Si la pompe à chaleur est de type tout ou rien

  • La puissance calorifique de la pompe à chaleur doit être comprise entre 70 et 100 % des déperditions Calculées.
  • La puissance totale délivrée par la pompe à chaleur et l’appoint est égale à 120 % des déperditions Calculées.
  • La température limite de fonctionnement garanti l’arrêt de la pompe à chaleur si la température extérieure est inférieure de 5 K à la température extérieure de base du lieu.
 

b) Pompe à chaleur à variation de puissance

Dans ce cas, le calcul fait intervenir l’inertie les locaux desservis.
  • La puissance calorifique de la pompe à chaleur est comprise entre 70 et 100 % des déperditions calculées pour la température extérieure de base du lieu si les locaux desservis présentent une inertie moyenne à très lourde (pierre, béton, brique…)
  • Sinon, inertie légère (structure bois), la puissance calorifique de la pompe à chaleur est comprise entre 80 et 100 % des déperditions thermiques calculées. La puissance totale délivrée par la pompe à chaleur et l’appoint est égale à 120 % des déperditions calculées.
  • La température limite de fonctionnement garanti l’arrêt de la pompe à chaleur si la température extérieure est inférieure de 5 K à la température extérieure de base du lieu.
En fait, ceci est à voir avec le constructeur car les technologies évoluent et d’autres facteurs peuvent intervenir.