Quelle puissance de chauffage par m2, et norme en-12-831

Quelle puissance de chauffage par m2

A la question : « Quelle puissance de chauffage par m2 », il était fréquent de s’entendre répondre : 100W/m², un peu moins si la maison semble assez bien isolée, un peu plus dans la cas inverse. Cette façon de traiter le problème n’est plus acceptable car les puissances obtenues ainsi allaient au moins du simple au double de ce qu’elles auraient dû être. Donc des chaudières plus grosses, plus chères, consommation plus élevée en demi-saison, …etc.

La norme en-12-831

La réponse est donnée par la norme en-12-831, qui est celle des chauffagistes. En cas de contestation, elle sert de référence.
Ne pas confondre cette norme avec celle des diagnostiqueurs : la 3CL-DPE 2021, la RT2012 remplacée par la RT 2020, ou la Rt Th Ex pour l’existant. Elles font toutes des calculs de déperditions thermiques mais leurs finalités sont différentes.
La EN-12-831 veut assurer que dans le pire des cas (défini de façon conventionnelle), la température des locaux sera conforme.
Elle s’intitule : “Performance énergétique des bâtiments – Méthode de calcul de la charge thermique nominale”.
Elle donne les méthodes de calcul de la charge thermique nominale pour les bâtiments et pièce par pièce. La charge thermique nominale est définie comme l’alimentation en chaleur (puissance) nécessaire pour maintenir la température intérieure requise avec des conditions extérieures données.
Elle s’applique à une large catégorie de bâtiments classiques :résidentiels, bureaux, commerces, écoles, bibliothèques, hôpitaux, loisirs, restaurants, etc.). Elle se limite, cependant, aux locaux dont la hauteur des pièces ne dépasse pas 5 m. Elle prévoit des simplifications, notamment pour l’habitat et le petit tertiaire.
On considère que la puissance de chauffage compense les déperditions thermiques par transmission de chaleur à travers les parois et par renouvellement d’air. Les températures sont supposées stabilisées. Cela revient à dire que calculer les puissances de chauffage revient à calculer ces déperditions.